War of Faith

Forum RPG La Guerre des Clans.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Un début d'hiver /LIBRE/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 13
Date d'inscription : 20/11/2013

Feuille de personnage
Âge (1 Lune = 1 Mois): 42 (3 ans 1/2)
Mentor/Apprenti : /
Famille:
avatar
Guerrière
Poil de Souris
MessageSujet: Un début d'hiver /LIBRE/   Ven 22 Nov - 20:47

Un début d'hiver

Spoiler:
 



La saison froide était là. Un manteau neigeux s'était installé sur les terres des quatre Clans. Le froid, allié loyal et puissant de l'hiver était venu conquérir la terre avec lui. Un froid régnait depuis un moment, et l'organisation du Clan avait donc été modifiée pour s'adapter à la situation.Les chatons restaient blottis dans la pouponnière, les plus petits du moins. Les jeunes apprentis se plaignaient d'avoir froid, leur pelage n'étant pas complètement développé. Pour ma part, il m'arrivait de ressentir quelques frissons de temps à autre, mais je n'avais en général pas froid. Dame nature avait été généreuse concernant ma morphologie, j'avais le pelage épais et quasi impénétrable du froid.

Nos terres étaient bien moins garnis en moutons blancs que les autres Clans, notamment le Clan du Tonnerre. En effet, nos plateaux et landes étaient perpétuellement balayés par des vents violents, déplaçant alors les nuées de neige plus loin. Le Clan du Tonnerre était à l'abris de cet ennemi mordant grâce à ses arbres, un excellent rempart. Mais à vrai dire, tout cela ne me chagrinait pas. Cette force de la nature pouvait s'avérer utile. La neige volait avec le vent, mais pas le lapin blanc. Ainsi il était parfois plus facile de les distinguer dans ce désert monotone. Et puis il faisait bon d'être secoué par le vent. On se sentait comme plus vivant. La neige était de plus bien moins abondante ce qui facilitait nos déplacements : taillés pour la vitesse, les félins du Vent ne pourraient pas chasser dans une couche énorme de neige. C'était inconcevable. D'ailleurs il fallait faire des provisions, la montagne de neige allait atteindre une taille inquiétante et nos chasseurs seront, par conséquent, moins performants.

Le ciel était beau. Gris certes, mais beau. Le vent qui s'en dégageait sentait bon, et apportait puissance et vie à cette terre morte, en attente d'un renouveau. J'attendais avec elle, un renouveau, un revirement de situation. Une nouvelle vie. Pourquoi fallait-il sans cesse que je pense à lui alors que je sais pertinemment que rien n'est possible entre nous deux ? Pourquoi au lieu de balayer mes pensées d'une simple volonté je m'acharnais à y penser, à me faire du mal ?

Je me relevais. J'étais presque toute blanche. Quelques flocons s'étaient attachés à ma fourrure faisant un peu disparaître mes tâches colorées. Je ne chercha pas à les déloger. Je n'avais pas froid, et puis j'étais mieux camouflée si l'envie de chasser me prenait soudainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 10/11/2013
avatar
Apprenti
Nuage du Séraphin
MessageSujet: Re: Un début d'hiver /LIBRE/   Dim 1 Déc - 21:03

[ Je prends, si ça ne te dérenge pas !]

.:CloudSeraphim ft MouseHair:. Début d’Hiver ∞

« La gaieté et la santé changent l'hiver en été. »

無盡寒冬


    Le sol trempé se gerce aux froidures premières, la neige essaime au loin ses duvets blancs. C’est la saison de repos de tous les habitants de la sylve, un temps pour reprendre des forces  sans ressources. C’est aussi un moment de danger continu, où plusieurs espèces adaptées rôdent à la recherche de proies. D’autres, physiquement différents, continuent à vivre. C’est ton cas, chaton.
    Petit flocon tombe sur ton museau, suivi d’un autre plus gros. Tes coussinets glissent sur la surface gelée de la glace. À travers le petit glacier, tu peux voir les fougères, peut-être – voir même sûrement- déjà mortes. Tu soupires, alors que ton souffle chaud s’envole en une vape de fumée blanche. Tes griffes ont déjà cessées de tenter de délivrer les plantes, rien à faire ; la glace est trop épaisse. La piètre banquise est marquée de tes empreintes, comme un miroir brisé. Tu soulèves avec nonchalance ton corps musclé et te remets sur pattes. À quelques queues de renards derrière toi, la plaine s’étend, spacieuse et luxuriante. Tu regrettes encore ta tanière improvisée, un trou dans l’énorme plateau de rochers qui délimite la plaine sur un côté. Lové contre la pierre, tu t’étais endormi pendant la plus grande partie de l’avant-midi de cette journée de repos.

    Te voilà maintenant au bas des hauts-plateaux. L’endroit est si vaste et si escarpé qu’un chat qui ne connaît pas les environs pourrait y rester. Tous ces recoins à voir, tous ces nouveaux environs à découvrir pour un chat d’à peine huit lunes. Les forts sapins, encrés dans le sol pour y rester, prouvent leur valeur en tenant tout l’hiver, parfois croulant malheureusement sous le poids de la neige, perdant leurs branches comme les clans perdent leurs chatons. C’était un des désagréments de la saison des neiges ; on perdait des petits, des reines, des anciens, des apprentis et même parfois des guerriers. Tu as de la chance, d’être tout blanc et d’avoir un pelage chaud. Certains sont tout noirs et ont le pelage tellement cours qu’ils luttent pour ne pas se transformer en glaçons vivants.

    Tu grimpes quelques minutes, t’accrochant aux rebords douteux de tomber pour monter plus haut. Cette adrénaline invitante t’attire à tous les coups. Tu es pourtant conscient de pouvoir mourir à chaque instant, mais c’est tellement agréable de sentir les roches pointues graffigner tes coussinets. Non pas que tu aimes te faire mal, mais elles te rassurent. C’est comme un prix à payer pour avoir accès à ce plaisir coupable. Terminé le parcours, t’es en haut mon grand. La vue te coupe le souffle, aussi petit soit-il. Tu respires par coups saccadés, tes pattes tremblent sous l’effort que tu viens de faire. Mais pas le temps de s’arrêter, tu dois encore avancer pour te rendre à l’endroit que tu veux.

    Tu quittes avec nostalgie le bout du plateau que tu t’amuses à appeler le «Promontoire des Plaines», le nez rougi par le froid mordant. Plus tu t’approches des petits plants de broussailles, plus tu sais que tu n’es plus seul. Une odeur sur laquelle tu n’arrives pas à mettre de nom t’assaillie de  plus en plus violemment. Tu continues ta progression pacifiquement, les griffes néanmoins sorties. Tu t’efforces de rabaisser ton pelage, car l’odeur n’est certainement pas ennemie. Après tout, on ne sait jamais. Tu sursautes lorsque celle du sang arrive, et tu inspectes soigneusement ton pelage ; tu t’es coupé sur la hanche. Ça laisse à désirer, mais on doit faire avec. Tu remarques maintenant la forme distincte, colorée de blanc, de roux et de gris. Une silhouette féminine aux yeux jades se détache tranquillement du décor enneigé, malgré les flocons qui perlent son pelage. Elle semble nostalgique, perdue dans ses pensées. Tu restes en recul, soucieux de ne pas la surprendre trop brusquement.

    « L’endroit est parfait pour penser, n’est-ce pas ? Je ne resterai pas longtemps, ne vous déplaise. Puis-je vous demander votre nom ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 20/11/2013

Feuille de personnage
Âge (1 Lune = 1 Mois): 42 (3 ans 1/2)
Mentor/Apprenti : /
Famille:
avatar
Guerrière
Poil de Souris
MessageSujet: Re: Un début d'hiver /LIBRE/   Jeu 5 Déc - 13:10

[je suis désolée, j'ai peu d'inspi et j'ai beaucoup de travail du coup il a fallu que je me dépêche]





Un chaton arriva à pas feutrés. Il était déjà grand pour un chaton, j'en conclu donc qu'il s'agissait d'un apprenti. Lequel ? je l'ignorais. N'ayant pas d'apprentis en ce moment, je connaissais pas les noms ni les visages de tout le monde. Lui non plus apparemment. Je le regardais un instinct, alors que de léger flocons blancs s'entassait sur sa fourrure épaisse. Il était mignon. Il prenait la peine de prendre en considération le fait que je vagabondais dans mes pensées sombres, ou clairs, selon le point de vu de chacun. Ce n'était pas forcément habituel de la part d'un apprenti. En effet, ils étaient souvent trop impatient et ne prenait pas le temps d'observer. Ils avaient un égo impressionnant. Mais c'était des chatons et cela était donc normal.

« Oui en effet, c'est un endroit merveilleux pour penser » répondis-je lacement. Je ne m'étais pas encore vraiment soucié du chaton. Une part de moi-même était toujours ailleurs, en train de penser à ce fichu félin qui  me faisait douter de tout. Finalement je revins entièrement à la réalité et je me retournais toute ouïe vers le jeune matou.

« Je suis Poil de Souris. Et toi, quel est ton nom ? Je ne me souviens pas avoir miaulé lors de ton baptême. A moins qu'il ne date d'il y a trop de lunes et que le temps a fait son travail sur ma pauvre mémoire qui commence à subir les effets d'une vieillesse précoce ».

J'examinais attentivement le félin de mes yeux émeraudes. Sa posture, sa corpulence, la densité de ses muscles, ses yeux expressives et ses moustaches frémissantes.
La neige était bien tombée. Je me demandais depuis combien de temps j'étais assise ici, la queue enroulée entre les pattes, le regard perdu dans l'infini lointain. Peut-être serais-je restée là jusqu'à la nuit si cet apprenti n'était pas venu me couper dans mes fadaises. La journée était avancée, l'astre orange était sur le point de s'absenter pour une longue durée. Je n'avais pas fait grand chose aujourd'hui. A part chasser quelques lapins blancs et de rares cailles, j'avais passé mon temps à trainasser, à traîner les pattes dans la neige. Je n'aimais pas l'hiver. Ce manque de soleil me zappais le moral. Et pourtant il fallait bien que la vie continue et que les chasses et patrouilles se poursuivent. Des fois il m'arrivait d'avoir l'envie d'être né chez les adeptes des rivières. On dit qu'ils sont toujours joyeux, ne manquent de rien et que les problèmes les concernants sont rares. Mais de doit me plains-je ! Ah ! Ça m'énervais, j'avais vraiment trop penser, c'était mauvais pour mon moral. Il fallait que je bouge. Que je ramène encore quelques proies, fasse un tour des territoires rapidement et enfin aille dormir. Sans quoi je sombrerais dans les pensées négatives et futiles, comme une vieille grincheuses. A ce que je sache je n'avais que quarante-deux lunes ! Je n'étais pas encore une ancienne, loin de là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 20/11/2013
Age : 17
Localisation : Devant l'écran de mon ordi

Feuille de personnage
Âge (1 Lune = 1 Mois): 13 lunes
Mentor/Apprenti : ni l'un ni l'autre
Famille:
avatar
Guerrière
Cœur d'Ambre
MessageSujet: Re: Un début d'hiver /LIBRE/   Ven 6 Déc - 3:06

[Je m'incruste si ce ne vous dérange pas]

La chatte tigrée  marchait tranquillement dans la neige,les muscle gelés par le froid de cette saison  difficile de l'année.Elle traînassait sans sens rendre vraiment compte.Son esprit ne pensait qu'à marcher et rêvassait sur les beaux moments de sa vie, ceux qui lui avait toujours redonner espoir en l'avenir.Elle ne vit pas le paysage défiler et devenir progressivement des haut-plateaux.

Quand elle sortit enfin de sa transe,elle était près des silhouettes de chats d'un autre clan en plein milieu des haut-plateaux dans le territoire du clan du Vent!Paniquée,la guerrière essaya de se cacher dans les herbes,mais il n'y en avait pas assez! La peur au ventre,elle tenta de passer derrière les silhouettes pour rentrer chez elle.Malheureusement pour elle, le vent leur apportait directement son odeur. Ambre' se mit à trembler, elle avait vraiment peur d'être tombé sur une patrouille. Cherchant par où s'enfuir, elle se rendit compte qu'elle ne savait même pas dans quelle direction se trouvait le clan du Tonnerre.Habituellement, elle aurait pu se repérer à l'odorat mais ici toutes les odeurs se brouillaient à cause du vent. Une seule solution lui vint à l'esprit, demander de l'aide, mais elle l'oublia bien vite puisque ce sont des chats d'un autre clan et elle s'était introduit sur leur territoire sans consentement.Alors,elle se tapis dans l'herbe du mieux qu'elle put en tremblotant espérant que les chats partiraient bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 10/11/2013
avatar
Apprenti
Nuage du Séraphin
MessageSujet: Re: Un début d'hiver /LIBRE/   Dim 8 Déc - 3:42

.:CloudSeraphim ft MouseHair & AmberHeart:. Début d’Hiver ∞

« L'éducation consiste à nous donner des idées, et la bonne éducation à les mettre en proportion. »




    « Oui en effet, c'est un endroit merveilleux pour penser »

    Tu souris à cette remarque. La vétérante n’avait pas l’air très très intéressée par ta personne ; normal, pour elle tu n’es qu’un chaton avec un égo surdimensionné.  Loin de là, au contraire, selon toi, être arrogant signifie être faible à l’intérieur. Tu observais docilement la femelle qui semblait encore perdue dans ses pensées. Sûrement un effet de l’amour, comme Douceur de l’Hiver t’avait raconté. Les chats deviennent lunatiques, obsédés par leur moitié et ne souhaitent qu’être à leur côté. Comment peut-on être si faible devant cette puissance abstraite ?

    « Je suis Poil de Souris. Et toi, quel est ton nom ? Je ne me souviens pas avoir miaulé lors de ton baptême. A moins qu'il ne date d'il y a trop de lunes et que le temps a fait son travail sur ma pauvre mémoire qui commence à subir les effets d'une vieillesse précoce ».

    Son regard émeraude sonda ton pelage, glissant de ton visage à tes pattes, tes hanches ensanglantées et ta queue légèrement touffue. Ses yeux s’accrochaient à ta musculature, la courbe de tes pattes comme la couleur de tes yeux.  Plutôt que de te sentir mal à l’aise, à la longue, tu te sentais normal. Normalement, les chats blancs aux yeux bleus étaient sourds, mais toi, à cause de ta race, tu étais immunisé.

    « Enchanté, Poil de Souris. Nuage du Séraphin, pour ma part. Ne t’inquiète point, ta mémoire est encore bonne, je suppose que tu as mieux à réfléchir, par ces temps  »

    La neige tombait bien pour la période de la saison, le gibier était plus rare mais pas disparu. Depuis quand la chatte était-elle assise au bord du précipice, à penser comme une démenée ? Le crépuscule tomberait bientôt et la sylve serait plongée dans un silence orangé, inquiétant. Le vent soufflait paisiblement pour toi, alors que pour n’importe qui d’un autre clan, ce serait un désastre. Si les Hauts-Plateaux n’étaient pas le meilleur endroit du monde, tu te demandes bien où est-ce que cela pourrait être. Peut-être que pour les autres c’était un endroit trop à découvert, mais pour toi, c’est le paradis. Une place où tous les esprits de la forêt se rencontre, où le vent est roi. Assis sur son trône de pierre, il domine toute la forêt par sa splendeur et sa grandeur.

    « C’est à cause d’un mâle, toute cette effervescence ? »

    Tu t’en doutais un peu, à vrai dire.  Si c’était vraiment le cas, qu’est-ce qu’elle attendait pour le déclarer ? À moins qu’elle ne lui ai dit et qu’il ne l’aimait pas. C’est cruel, parfois, l’amour. Parfois ça devrait pas exister, juste laisser en paix les âmes trop faibles pour le supporter. Attendre que tout aille bien pour apparaître, ou au moins rendre heureux les malheureux. Les inter-clans … Par le Clan des Étoiles, ce doit être compliqué ! Tout cacher  au Clan, avoir des chatons sang-mêlé … Pauvres bébés qui se font rabaisser à cause de leurs parents. Tu n’avais jamais eu affaire à ce genre de moqueries, mais ce doit être insupportable.

    La bise t’apporta une odeur qui, au début, était presque invisible. Plus elle grandissait, plus elle te choquait. Ce n’était pas une odeur de gibier, de prédateur ou de cadavre. Mais celle d’un chat ennemi.  Le chat laissait la peur derrière lui ; il était sûrement perdu. Le vent le mêlait sûrement, et il avait l’air, plutôt elle, avait l’air désorienté. En même temps, rendu à ce stade, elle devait comprendre qu’elle ne devait qu’attendre. Tu jetais un regard assuré à la guerrière au poil gris à tes côtés et te dirigea tranquillement et lentement vers les fourrés.

    « Tu peux sortir, jeune guerrière du Tonnerre.  Ainsi, je te demande de te présenter pacifiquement, je n’ai pas vraiment le goût d’une entaille comme souvenir de toi … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 20/11/2013
Age : 17
Localisation : Devant l'écran de mon ordi

Feuille de personnage
Âge (1 Lune = 1 Mois): 13 lunes
Mentor/Apprenti : ni l'un ni l'autre
Famille:
avatar
Guerrière
Cœur d'Ambre
MessageSujet: Re: Un début d'hiver /LIBRE/   Dim 8 Déc - 5:38

Pendant qu'elle tremblotait,elle remarqua qu'un jeune chat d'à peine huit lunes se dirigeait vers les fourrés où était caché la jeune guerrière.Il était d'un blanc éclatant avec de magnifiques yeux cobalts qui faisait surement rêver plusieurs jeunes apprenties de son clan.Il finit par dire,d'une manière qui laissait croire que cet apprenti était très bien éduqué:

« Tu peux sortir, jeune guerrière du Tonnerre.  Ainsi, je te demande de te présenter pacifiquement, je n’ai pas vraiment le goût d’une entaille comme souvenir de toi … »

Ambre' sortit de sa cachette et vint se planter devant l'apprenti avec sa démarche gracieuse et légère.Il avait beau être grand pour un chaton de son âge,elle le dépassait d'une bonne tête.Elle darda son regard ambré dans celui de son interlocuteur.Elle lui dit d'un ton posé avec lequel,elle espérait calmer sa peur:

-Je suis Cœur d'Ambre du Clan du Tonnerre. Puis-je savoir à qui je m'adresse?

Elle l'observa avec attention,ce jeune apprenti ne manquait pas de prestance.Il avait l'air si calme et noble qu'on aurait dit un ange ou un séraphin.C'est alors qu'elle remarqua la présence d'une grande chatte grise.Elle en eu peur quelques secondes puis se dit que si l'apprenti ne l'avait pas attaquer,logiquement, la guerrière ne le ferait pas non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 157
Date d'inscription : 29/10/2013
Age : 19
Localisation : Tu veux vraiment le savoir...?

Feuille de personnage
Âge (1 Lune = 1 Mois): 40 Lunes
Mentor/Apprenti : Nuage du Séraphin
Famille:
avatar
Fonda & Chef du Vent
Etoile de l'Ouragan
MessageSujet: Re: Un début d'hiver /LIBRE/   Dim 8 Déc - 8:52

    [ Normalement, ce serait au tour de Souris de poster :s ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-of-faith.forumactif.org

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un début d'hiver /LIBRE/   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un début d'hiver /LIBRE/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Joies de l'Hiver [Libre pour 2 loups/louves]
» Par une froide nuit d'hiver ... [ Libre à tous ^w^ ]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
War of Faith ::  :: Territoires du Vent :: Les Hauts Plateaux-